En finir avec cette merde

« Are  you trying to be a better version of yourself ? »

Cet article n’a rien à voir avec les élections présidentielles américaines, je tiens à préciser. Je le sors de ma tête au moment où elle veut bien reprendre du service, c’est tout. Faut dire que ça me titille, je dirais même, OSONS les grandes formules, que ça me court sur le haricot, pour rendre hommage à mon prof d’histoire de 2nde, depuis un moment.
C’est cette manie qu’ont les Américains à vouloir être de meilleures personnes. Qu’est-ce qui leur prend ? Je les entends le dire à la télé, dans les séries, dans leurs chansons, dans leurs discours, dans leurs émissions, avec des têtes de gamins de 6 ans qui ont fait une énorme connerie et qui connaissent déjà la punition qui va suivre. V’là que sur Internet aussi, ils s’y mettent. Ça pullule sur les blogs et sur Instagram. Les coachs sportifs se mettent eux aussi à se servir de la formule pour faire genre « ce qui compte vraiment, c’est la beauté intérieure » et, COMME SI CA SUFFISAIT PAS, v’là que les Français prennent le relais.
tumblr_o6jmnhdlsx1url7zxo1_400
Oui, je vous vois
Je vois passer des articles de blogs qui dégoulinent de pensées positives et de bons sentiments, avec des listes de choses à faire chaque jour « pour s’améliorer, devenir meilleur ». Tu jurerais que t’es en train de lire le discours d’un prêtre mais nan, la fille qui te vend un correcteur MAC est bien en train de t’expliquer que tous les jours, elle fait un geste pour les autres, qu’elle s’efforce à être souriante en toute circonstance, qu’elle pardonne autant que tu jures, que c’est important de dire « Merci pour ton hospitalité » quand t’es invité(e) à prendre l’apéro, qu’elle apprend 10 mots dans une langue étrangère chaque matin, qu’elle a supprimé la bière, qu’elle a arrêté de fumer et qu’elle a adopté trois chats. En gros, elle est devenue le coach bien-être que t’as envie de buter dans Les petits mouchoirs. (Et si tu le fais, ton corps te dira merci). Putain, merde, on a le droit de rester médiocre nan ?

tumblr_o8cndiea8r1u4btvso1_500

Ça, je l’ai aussi constaté pendant mon séjour aux Etats-Unis y a 3 ans : pas un jour, pas UN seul, où je n’ai pas croisé une personne essayant de donner le meilleur d’elle-même « to be a better version of themselves ». Du Starbucks au Sephora à, bien sûr, la sortie de l’école. Je les ai vite reconnus, c’était les plus relous. Ils se font un mal de chien à vouloir atteindre la perfection level Mère Teresa. Ça va du brushing impec’ aux « cours de morale » des enfants (true story) à une amabilité complètement disproportionnée. OUT OF THIS WORLD, oui Monsieur, parfaitement (avec la voix de Fabienne Lepic) ! Tu rentres chez Sephora, t’as « the most beautiful lipstick I have ever seen in my life ». Tu prends un mocha chez Starbucks, t’as « the cutest name ever -so French! ». Si t’es pas engagé à l’école de tes gamins ou à l’Eglise du quartier, t’es pas une moitié de raclure mais presque. Le poids qui repose sur leurs épaules, à ces gens finalement rongés par la culpabilité. C’est pas à moi que ça arrivera.

giphy-1hellno

Ce concept de la better version de ton être est arrivé chez moi, il est bien vu et ça me fout le cafard. Voilà tout ce que je fais pas comme les Américains, et c’est tant mieux.
  • Je déteste m’engager. Pas de signature en bas d’une pétition sans une crise d’urticaire de 3 jours, pas de contrat passé avec une organisation quelle qu’elle soit qui m’obligerait à revenir si j’en ai pas envie, RIEN LAISSEZ-MOI TRANQUILLE.
  • Je n’utilise pas de superlatifs.
  • Je ne prends pas en photo les voitures mal garées pour les dénoncer au nom d’une bonne action dédiée au bien-être de tous mes concitoyens.
  • Je n’écoute pas Taylor Swift et je sais avoir un regard critique sur Beyoncé.
  • Si j’ai envie de rester dans mon canap’ plutôt que d’aller rendre visite aux chiens de la SPA, je resterai dans mon canap’ et je serai quand même a pretty good version of myself merci j’t’emmerde.
  • Je suis incapable de dire le contraire de ce que je pense. Si t’as pas the most beautiful lipstick I’ve ever seen, pas de danger que tu l’entendes de ma bouche.
  • Du coup, mes compliments sont sincères. Moi.
  • Je bois. Je m’en fous de conserver mes neurones et ma mémoire, remplis mon verre putain.
  • Faire une liste de BA me donnerait l’impression d’être trop propre.
  • Je ne considère pas les fumeurs comme les pires des assassins. Il m’arrive même de dîner avec certains.
  • Je suis contre les décollements de racines. On est en 2016. T’es pas Deneuve sur le tapis rouge en 1999, t’es Susan en imper à la sortie de l’école avec un iPad dans la main.
  • Je ne me transforme pas en poupée ultra-souriante et ultra-flippante aux yeux exorbitants quand j’ai pas envie d’être aimable : ne pas l’être ne m’enverra pas en enfer. Juré.
  • Je suis bien élevée : si la personne assise à côté de moi lit un livre/magazine ou écoute de la musique, je ne lui adresse pas la parole pour lui parler de mon étude sur l’impact du numérique dans la société d’aujourd’hui au nom de l’importance du lien social.
  • Du coup, quand on a essayé de le faire sans se demander si j’avais envie d’interagir avec des inconnus, j’ai dit tout qu’est-ce que je pensais.
  • J’aime beaucoup trop dire des gros mots pour me pincer les lèvres chaque fois que je dois dire « putain », « connard », « bordel », « enculé », « bâtard », « connasse » pour ne surtout pas heurter la sensibilité de mes interlocuteurs.
  • Je fais du sport aux heures normales pour êtres humains normaux. Donc je ne me lève pas à 5h10 pour aller à la gym et jurer ensuite que c’est le stress qui aide à garder la ligne (hein, Jessica Alba ?).
  • Je n’écris pas un texte de 300 mots pour m’excuser d’avoir dit ce que je pensais, évoquant une « sortie de route inexcusable » et un besoin crucial de travailler sur moi-même pour revenir en Superman.
  • Je ne m’auto-flagelle pas chaque soir en me disant que j’aurais pu être quelqu’un de beaucoup mieux aujourd’hui.
  • Je m’autorise le plaisir sans me demander si je l’ai mérité.
  • Je n’ai aucune envie de m’excuser d’avoir des défauts. Parce qu’on devrait pas, en fait.
    tumblr_oeaff4x5gq1rymr5wo1_500
Et maintenant, on prie pour qu’ils fassent pas les cons.
Publicités

2 réflexions sur “En finir avec cette merde

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s