Je n’ai rien fait de mon samedi soir et j’ai tout noté.

Je sais pas comment c’est arrivé.

T’as des trucs de prévu le vendredi soir, tu ne penses même pas au samedi, tu ne t’inquiètes de rien, ta soirée passe, le samedi arrive, tu commences ta journée sans y penser puis ça te vient comme une balle de tennis servie par Serena Williams en finale de Grand Chelem : en pleine gueule. T’as rien de prévu ce soir. Ce soir, on est bien samedi soir ? Tu vérifies. Ouais. Rien de prévu et sûrement personne de dispo. Bah merde.
giphy-2bim
J’ai donc décidé de prendre ce samedi soir vide, non pas comme vidé de tout son sens, mais comme une expérience. Pas de bière, pas de burger, pas de musique forte, pas d’inconnus rigolos et bourrés, pas de collants effilés, pas d’amies ? Pas de problème, ce soir, c’est moi et Catherine. Avant de penser au film, j’ai, faut pas déconner, donné la priorité à la bouffe : abondance, lonzo, avocat, jambon cru et noix, ma planche va déchirer.
Je vais rien faire et je vais tout noter. T’es prêt(e) ?
19h10. Je fais ma Carrie Bradshaw, je regarde les nouveautés Zara pour oublier que j’ai (déjà) faim.
19h13. Très faim.
19h37. Faire diversion était une bonne intention, mais mon estomac, tu peux pas le rouler. On est samedi soir, il est 19h35, d’habitude je sors à peine de la douche sans savoir quoi me mettre pour aller au resto, je peux quand même pas déjà manger ?
19h43. La nouvelle pub pour N°5 L’eau de Chanel avec Lily Rose Depp passe à la télé. Elle est superbe et je trouve qu’on ne le dit pas assez. Pourquoi personne n’en parle ?! Je le dis, tiens : cette pub est superbe.
19h45. D’ailleurs, ça me fait penser, y a quoi à la télé le samedi soir ? Je jette un coup d’œil au programme TV et je confirme : ce soir, c’est moi et Catherine.
19h48. Je cherche le film de Cathy qui m’accompagnera en ce drôle et expérimental samedi soir. 8 femmes ? Belle de jour ? Dans la cour ? Elle s’en va ? Indochine ? Hôtel des Amériques ? La chamade ? La tête haute ? Le dernier métro ? Le sauvage ? Les prédateurs ? Les bien-aimés ? Je commence à voir trouble.
19h50. La vraie question, c’est « Lequel de ces films n’ai-je pas vu 17 fois ? ».
19h53. J’arriverai mieux à me décider avec ma planche super healthy à base de fromages et de charcuteries sur les genoux.
20h20. Assiette prête et comme je vous dois transparence et humilité, je dois vous avouer que j’ai bu un bol de soupe en entrée alors que je n’ai même pas 50 ans. Ce samedi soir est exaltant.
20h27. Le choix est trop difficile. Je finis par me mettre d’accord avec moi-même et j’opte pour un classique : ce sera Belle de jour. A TABLE.
giphyatable.gif
20h31. Première scène, premier fantasme. « Je ne voulais pas te fâcher, car tu sais j’ai pour toi une immense tendresse », dit Pierre à Séverine (aka Cathy). « A quoi peut-elle me servir, ta tendresse ?! » répond-elle sèchement en regardant ailleurs. Elle a l’air de vouloir rajouter un « connard » à la fin, mais se retient. En fait, elle a pas besoin de le dire, on l’entend très bien.
20h33. JE MANGE. C’est l’heure de l’apéro de la semaine dernière, mais je décide de ne pas me fouetter comme on est en train de fouetter Séverine dans son fantasme et considère cette heure correcte pour s’alimenter un samedi soir.
20h37. « On ne s’ennuie jamais dans un bar. Ce n’est pas comme dans les églises où l’on est seul avec son âme », dit Michel Piccoli. Quelle vérité.
20h37. Le lonzo est excellent.
20h39. « Il est riche et oisif. Ce sont ses deux seules maladies ».
20h40. Mon Dieu la longueur des skis des années 60. A faire pâlir les faux cils de Catherine. Un paddle !
20h40. Séverine entend parler d’une connaissance qui « va régulièrement faire des passes dans une maison de rendez-vous ». Sa copine s’offusque, Séverine est intriguée.
giphy-1tgfdq
20h43. Apparition d’un premier manteau marron Yves Saint Laurent, le début du mythe. Ils en ont pensé quoi, les gens, quand ils ont vu ça en 1967 ?
20h48. Vêtue d’un deuxième manteau YSL et d’une élégance folle, Séverine, tentée de faire la pute, se rend 11 Cité Jean de Saumur, chez Madame Anaïs.
21h04. Devant tant d’images cultes, sous un plaid bien chaud, dans un canapé bien confortable à côté de la cheminée et le ventre plein, je me dis qu’en fait, j’aurais eu tort de rejeter ce samedi soir pénard.
21h08. La fameuse scène de la boue. « Petite ordure, espèce de traînée, vieille roulure, allumée, pouffiasse », dans son fantasme, Séverine s’en prend plein la gueule.
21h21. Séverine a kiffé.
21h34. Finalement ça parle autant de cul qu’en soirée le samedi. Autrement, mais autant. La seule chose qui me manque est un verre de vin.
21h59. L’avantage d’être à la maison, c’est que j’ai le côte d’or à portée de main.
22h00. L’inconvénient, c’est que personne ne débarrasse mon assiette.
22h15. C’est fini pour Belle de jour. J’ouvre Pinterest pour la première fois en, pfiou, au moins 3h30 ! Buñuel et Pinterest un samedi soir, j’ai peut-être pas 2gr dans le sang, mais j’ai du goût.
22h17. Je sais que si je dois choisir un nouveau film avec Catherine Deneuve, je vais mettre 45mn à me décider et je me fatigue d’avance. Je m’envoie bouler et j’enchaîne avec un Woody Allen.
22h37. Autre avantage d’être à la maison : je n’ai pas peur d’aller aux toilettes.
22h38. Je me lève et ne ressens aucun mal à mettre un pied devant l’autre, que ce soit à cause des mojitos ou des talons. Eh, quand même, ça change !
22h40. Un samedi soir normal, (je veux dire un samedi soir sur la Terre), j’aurais eu l’air de ça.
tumblr_nwtg2yrdaa1tq7coho1_500Patsy ou Eddie, je sais pas.
Mais là, je suis plutôt comme ça
giphy-2lazycosy
Et c’est bon.
23h08. J’apprends qu’une blogueuse culinaire londonienne a inventé le calendrier de l’avent au fromage. Je n’ai plus les mots pour qualifier ce monde.
23h09. J’essaye de visualiser ma tête en tombant sur un bout de morbier en ouvrant la fenêtre du 8 décembre, à 7h du matin, les cheveux en pagaille et l’estomac réclamant du chocolat. Je campe pour Kinder.
23h25. En parlant de chocolat, faudrait peut-être que je m’éloigne du Côte d’or.
23h28. Mais on a le droit à plus de 2 carrés quand on regarde un Woody Allen sous un plaid à côté de la cheminée un soir de décembre, non ? Non ?
23h42. Fin du Woody Allen. Bilan de ce samedi soir casanier ? J’ai bien mangé, remplacé les calories des mojitos par celles du chocolat, pu mettre mes pieds sur la table et, en plus, j’étais en bonne compagnie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Je n’ai rien fait de mon samedi soir et j’ai tout noté.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s